Réussite ou accomplissement ?

Alors après avoir déterminé qui je suis , je vais pouvoir m’autoriser certaines choses, voir grand, envisager la vie que je veux et qui va me donner le sentiment d’une vie accomplie.

Quelle est la différence entre une vie accomplie et une vie réussie?  Cela dépend du sens qu’on met derrière ces mots.

Selon les “critères sociaux” réussir sa vie signifie avoir un bon business,  être dans la performance ou le confort matériel, avoir trouvé l’amour, ne manquer de rien alors qu’accomplir sa vie consisterait plutôt à savoir mener sa vie et lui donner un sens, transmettre des valeurs ne serait ce que dans son cercle familial, savoir qu’on a pris soin des autres, trouver de l’épanouissement, du plaisir et de la joie dans l’existence.

Lors d’un sommet sur la réussite, l’organisatrice que par ailleurs j’ai trouvé très inspirante,  avait  invité des “experts” qui avaient donc “réussi leur vie” et qui racontaient leur parcours avant de nous donner certaines clés pour VIVRE MIEUX.  J’ai regretté qu’ils soient tous coachs, thérapeutes et conférenciers car ils font partie d’une certaine communauté, voir d’une élite lorsqu’on apprend combien certains génèrent de chiffre d’affaires, et sont loin de représenter  la majorité de la population.  Alors oui bien sûr,  ils ont parlé de générosité, d’authenticité, de joie, d’amour, de volonté, de courage, de performance, oui bien sûr avant d’être coachs, ils étaient entrepreneurs, sportifs, naturopathes, commerciaux, dans la vente ou le marketing, mais curieusement aucune femmes au foyer, pas de  boulangers, pas de maçon, ni de fermiers, ni de fonctionnaires.  Pourquoi?  Parce que ces fonctions ne font pas rêver? Tout le monde n’a pas la même destinée, tout le monde ne peut ou ne veut pas forcément devenir thérapeute ou infopreneur ou coach ; à les entendre, ils seraient LA référence en matière de réussite! Mais c’est de LEUR réussite qu’ils parlent!  Ils en parlent pour nous montrer l’exemple, que “tout est possible”, que la clé c’est la volonté, le courage, la persévérance,….. ceci n’est pas un scoop! Ils nous disent qu’il faut dupliquer ce qui marche chez ceux qui ont “réussi”, qu’il faut par exemple s’identifier à un sportif de haut niveau qui s’entraîne et s’entraîne, qui se challenge et  mène une vie de rigueur pour arriver au sommet de la réussite. Bien sûr que le sportif de haut niveau suscite l’admiration et le respect et qu’il n’est pas arrivé à ce niveau par hasard mais il fait partie d’un monde de compétition et tout le monde n’est pas fait pour ça.

A côté de ça, il y a ceux qui rêvent d’un bonheur tout simple comme élever ses enfants et réussir sa vie de famille, ceux qui cherchent à donner du sens à leur vie au travers d’actions sociales ou humanitaires comme faire du bénévolat en allant visiter les malades dans les hôpitaux ou les EHPAD, en partant enseigner à l’autre bout du monde à des petits africains, il y a ceux qui veulent participer à un monde plus écologique et qui construisent des écovillages,  ceux qui on soif de justice et qui se battent pour des grandes cause, il y a ceux qui préfèrent se tourner vers une spiritualité plus méditative et qui récitent des mantras à longueur de journée dans des temples bouddhistes ou  qui font le tour du monde en solitaire sur un voilier,…..Tout dépend de ce qui nous anime et on en revient aux valeurs.

L’important est d’incarner son âme, de donner du sens à sa vie en écoutant ses aspirations profondes et pas ses désirs qui sont en fait le copié-collé de  ceux du voisin, rester soi-même, vrai, authentique,  s’il y a bien une clé, c’est celle là!  Et puis, chacun fait de son mieux. Pourquoi se faire coacher à tout prix? c’est devenu une grande mode, comme si c’était le prix de la réussite. les coachs se coachent entre eux et finissent par avoir les mêmes discours, à déteindre les uns sur les autres ; Je ne doute pas que l’intention est bonne et moi-même je me sers de mon blog pour passer des messages, donc je ne peux que soutenir les démarches positives, cependant  je préfère revenir aux enseignements des  philosophes, des sages ou des grands maîtres comme Carl Gustav Jung, Ramana Maharshi, Krishnamurti, Sri Aurobindo, Eckhart Tollé, Jeff Foster, Matthieu Ricard, Arnaud Dejardin qui ont fait leur preuve et qui sont toujours d’actualité, dont les écrits sont abordables et qui conviennent mieux à mes valeurs. On n’a rien inventé depuis! 

Accomplir ma vie revient pour moi à ressentir un sentiment de bien-être, de sérénité et de satisfaction du devoir accompli. Le devoir d’être honnête avec moi-même et avec les autres, le devoir d’être bienveillant, serviable et  aimant  sans rien attendre en retour. Il n’est pas nécessaire de tout savoir ou tout maîtriser mais il est nécessaire de ne pas passer à côté de ce qui est essentiel pour nous. Nous pouvons vivre une belle aventure et passer de la maternelle à la vie que nous menons sans nous poser de questions jusqu’au jour ou nous pouvons éprouver une sensation de vide, de manque. Nous sommes souvent trop occupés par nos activités quotidiennes pour nous demander ce qui est essentiel. Si tout fonctionne bien, pourquoi se poser des questions me direz vous? pourquoi se prendre la tête et rajouter des difficultés aux soucis  du quotidien? Parce qu’il est bon de continuer à s’émerveiller, de s’étonner comme l’enfant que nous avons été  qui demandait “pourquoi?”, qui avait soif de tout connaître, de tout apprendre; rester curieux, s’interroger  permet de se sentir vivant et non pas prisonnier d’une mécanique bien huilée, de nos habitudes et on sait combien il est difficile de sortir de ses habitudes!

Ou est la place de notre âme dans le schéma “métro – boulot – dodo” ? notre vie mérite mieux que ça! et même si nous y rajoutons des distractions cela ne fait que rajouter une activité à une autre et la course ne s’arrête pas. On s’imagine que les moments de détente vont produire en nous la paix mais ce n’est pas suffisants. On le voit bien avec les vacances, elles nous permettent  de nous reposer mais ce n’est que provisoire.  Ce qu’il faut c’est se poser, c’est prendre du recul, On a tendance à courir après un idéal ce qui nous enferme la encore dans des désirs qui ne correspondent pas forcément avec ce que nous voulons vraiment,à ce qui nous convient, à ce qui est essentiel pour nous. Il faudrait avoir la lucidité et la sagesse de revenir à l’instant présent et de faire le point sur ce que la vie nous offre pour ne pas “passer à côté de sa vie”. Généralement c’est lorsque nous sommes proche de la mort, que nous apprenons qu’il nous reste quelques mois à vivre, que nous prenons conscience de l’essentiel : avoir été une bonne personne, un bon fil  , un bon mari, une bonne mère, un bonne épouse……dans ces instants, nous ne pensons plus au travail, à nos exploits, à nos aventures, à nos possessions mais nous avons envie de nous tourner ver nos proches et ceux qui nous sont chers. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s