Les dangers et travers du WEB

Au départ, j’étais partie pour faire un post sur les dangers de l’ordinateur sur la santé, puis après avoir visionné toute une série de podcasts racontant des histoires inquiétantes mettant en scènes des individus victimes du web,  j’ai souhaité aborder le sujet sous un angle différent.

Je fais quand même un petit focus sur les méfaits de l’ordinateur comme prévu. L’ordinateur étant devenu un outil indispensable tant sur le plan professionnel que personnel nous sommes quasi obligés de vivre avec. On y passe parfois plus de 8h mais il faut apprendre à ne pas en devenir esclave. C’est souvent le soir que nous perdons le contrôle et que nous avons tendance à nous laisser déraper vers les sites de jeux, de sexualité, ou autres qui nous vident de notre énergie et risquent de diminuer  nos facultés de jugement. Les heures passées le soir et la nuit sont autant de sommeil en moins. Mis à part l’addiction et les problèmes de sommeil, il existe 2 grandes préoccupations pour la santé qui sont le fait de rester trop longtemps devant son écran avec tous les maux que cela engendre (troubles de la vision, maux de tête),  et le fait de rester trop longtemps assis. En effet, rester longtemps en position assise bloque la respiration et gêne la digestion, empêche le sang et l’énergie de circuler librement. Cette position a également des effets sur notre dos, nos cervicales, engourdissent nos membres d’ou l’importance de faire des pauses fréquentes pour se dégourdir les jambes, s’étirer le dos et les bras, aller boire et respirer, aller aux toilettes car on a parfois tendance à se retenir ce qui peut avoir à long terme des effets sur notre système urinaire. Si nous comparons notre corps et notre cerveau à un ordinateur, lorsqu’il travaille trop et qu’il n’est pas assez ventilé, il se met en position de surchauffe et tombe en panne. C’est ainsi qu’on risque d’arriver à des situations de stress, de burn out et de dépression.

Outre la cyberdépendance et ces symptômes plutôt physiques, l’ère numérique a apporté son lot de dérives et de déviations comme le cyberharcèlement (ou cyberagression ou encore cyberintimidation) que nous connaissons surtout à travers le harcèlement scolaire, mais il faut savoir que TOUT LE MONDE est une cible potentielle , c’est devenu un véritable phénomène de société qu’il ne faut pas négliger. Les conséquences peuvent être très graves : on peut citer les troubles de comportement,  psychiques, l’isolement, la marginalisation, la violence, la délinquance, la drogue, le suicide. J’ai trouvé une définition qui date de  2003, donc ce n’est pas nouveau : « La cyberintimidation est l’utilisation des technologies de l’information et de la communication pour adopter délibérément, répétitivement et de manière agressive un comportement à l’égard des individus ou d’un groupe avec l’intention de provoquer des dommages à autrui. ». Il faut savoir que les dommages en question peuvent aller jusqu’à la mort (suicide, assassinat) et toucher l’entourage (conjoints, famille, amis, collègues, voisins). Internet étant ce qu’il est, facilite la mise en relation des victimes et des de personnes mal intentionnées et manipulatrices  ou mentalement atteintes qui peuvent être de véritables prédateurs  à l’affut du moindre  faux pas des internautes. De vraies bombes à retardement! En effet, c’est un moyen pour eux de réaliser leurs fantasmes les plus tordus, en tout impunité et dans l’anonymat le plus total. Les pauvres victimes sont souvent des personnes fragiles, vulnérables ou naives comme les enfants, les ados, des personnes en manque d’affection, isolées, dépressives, démunies, livrées à elles-mêmes) mais cela peut arriver à n’importe qui à partir du moment ou la personne se met en situation embarrassante ou provocante ( par exple mise en ligne d’une photo dénudée, osée,  qui devient alors l’objet d’un chantage). Il ne s’agit pas de tomber dans la paranoia mais d’être prudent et de détecter assez rapidement une relation virtuelle trop pesante ou malsaine avant qu’il ne soit trop tard, ne pas faire confiance à n’importe qui.

Il existe plusieurs formes de harcèlement avec des degrés différents allant des insultes, intimidations, à la diffusion de rumeurs, humiliations, exclusions, ou véritables lynchages, menaces ou chantages, traques, usurpations d’identité, diffusion de photos compromettantes, les harceleurs débordent d’imagination et d’énergie. Les situations que l’on retrouve les plus souvent sont les faux profils, les relations triangulaires, l’identification à des personnages de jeux vidéos ou la fascination pour des personnages imaginaires qui peuvent être créés de toute pièce pour internet et se propager sous différentes formes et ainsi alimenter une soif de sensations fortes au même titre que les films d’horreur. Ce n’est pas anodin car certaines légendes urbaines comme le SLENDER MAN ont poussé des jeunes jusqu’au crime, ou d’autres comme certains adeptes du jeu FINAL FANTASY VII, à adopter des comportements complètement délirants et à commettre toutes sortes d’abus physiques, psychologiques ou sexuels. Les cas de faux profils comme l’affaire Shelly Chartier bien connue de l’autre côté de l’Atlantique  peuvent servir à de véritables machinations et démontrent à quel point il est “facile” de manipuler les gens (et même des personnalités)  et leur extorquer de l’argent. Les fakes news sont également un véritable problème et peuvent détruite une réputation. Ce qui distingue cette cybercriminalité du harcèlement classique, c’est son côté permanent et son mode de diffusion : les publications mensongères ou humiliantes se propagent telles un virus, sont visibles par tous,  et ne peuvent s’effacer ; les mythes sont nourris en permanence, on finit par ne plus savoir distinguer les fakes de la réalité.

La meilleure des préventions est la prudence et la discrétion. Eviter de  provoquer , de s’afficher sur FACEBOOK ou autres plateformes en tenue ou situation équivoques,  d’aller sur des sites interdits.  faire attention aux gens avec qui on discute ou avec qui on se lie car certaines “amitiés” virtuelles peuvent vite devenir incontrôlables. Et si malgré tout,  ça tourne mal, il faut en parler et prévenir la police immédiatement, ne pas attendre que cela se “tasse” car généralement, cela ne se tasse pas mais s’amplifie au contraire.  Quels sont les moyens de la police? heureusement Internet n’est pas un univers ou tout le monde est protégé par l’anonymat. Si dans les années 2000 ou est apparu ce phénomène, les policiers n’étaient pas formés à ce nouveau  type d’attaque, ils se sentaient désarmés et ne mesuraient pas l’ampleur des conséquences ou encore manquaient de moyens légaux tandis que FACEBOOK n’était pas toujours coopératif, ne jouait pas toujours son rôle de modérateur et ne supprimait pas les profils suspects. Aujourd’hui cette forme de crime est prise très au sérieux par les autorités qui ‘appuient sur tous les acteurs du net pour traquer ces prédateurs. Des cas ont été résolus grâce aux retraçage des messages et de la chronologie sur les portables ou sur FACEBOOK  ; n’importe quelle intervention sur les réseaux sociaux est alors notée pour constituer un dossier de preuves, ce qui demande beaucoup de temps comme vous pouvez l’imaginer, un vrai travail de fourmis.

Alors que faire de tout cela?  Notre société fabrique des individus en manque de repères, manque de confiance,  avec des peurs enfouies, peur de l’avenir et qui sont prêts à croire ou faire n’importe quoi. Je pense que nous avons une double responsabilité, celle d’agir en conscience et ne pas s’exposer inutilement et créer des situations qui nous mettraient  en danger ainsi que nos proches. Celle de garder un oeil attentif sur ce qui se passe autour de nous et garder ses facultés d’étonnement pour tout comportement anormal. Si ce sujet sort un peu des thèmes que j’ai l’habitude d’aborder, il me semblait important d’attirer l’attention sur ce phénomène qui nous concerne tous, en tant que parent, déjà pour ceux qui ont des enfants, à titre de témoins ou en tant que simples citoyens qui devons être attentifs aux autres.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s