Aller à l’essentiel

Allez à l’essentiel : Vivez léger, simplifiez vous la vie, faites du tri, caler vos désirs sur vos besoins et allez vers ce qui vous apporte de la joie, de l’enrichissement personnel et de la liberté

« Le sage se garde d’amasser, plus il vit pour les autres et plus il s’enrichit. Plus il dispense aux autres et plus il est comblé »

Il est des évènements qui bousculent nos habitudes, qui nous poussent derrière nos retranchements à tel point qu’on se dit « c’est maintenant! ». Etant d’une nature plutôt sentimentale et précautionneuse, j’avais tendance à amasser des objets souvenirs, des bibelots, des revues de tourisme, de conserver des affaires « au cas ou » et mon appartement s’était transformé en show room de mes dernières trouvailles. Mon déménagement pour « une vie meilleure » m’a tout naturellement obligée à revoir ma conception des choses et à être cohérente avec moi-même. Partir pour « une vie meilleure » signifiait dire adieu un certain passé plombant, à des relations néfastes, à des objets lourds de sens, à une santé défaillante, bref à me débarrasser du superflu pour me sentir libre et légère.

J’ai commencé par me demander ce dont j’avais besoin, réellement, profondément avant de faire mon tri et d’adopter de nouveaux reflexes comme répéter cette phrase comme un mantra :

« je cale mes désirs sur mes besoins et non mes besoins sur mes désirs« ,

I) Recentrer ses besoins

Tous les êtres humains ont des besoins fondamentaux qui doivent êtres satisfaits pour dépasser le stade de la simple survie. Il est important de les rappeler pour la suite car finalement on se rend compte que la plupart de ces besoins sont souvent satisfaits ou en partie mais que nous nous en sommes créés d’autres qui ne nous apportent pas le bonheur escompté.

  1. Le besoin de sécurité (avoir un toit, de la nourriture)
  2. Le besoin de liberté, d’autonomie (liberté d’être soi, de pouvoir s’exprimer, s’affirmer, se déplacer sans contrainte )
  3. Le besoin d’affection, d’amour, de paix ( amour de la famille, des proches, des amis mais aussi l’amour de tous les êtres, l’amour universel)
  4. Le besoin de contribuer (besoin de se réaliser, de se rendre utile à la société par le travail, du bénévolat etc.… et le besoin d’être reconnu pour cela).
  5. Le besoin d’appartenance (à une communauté, un pays, un état)
  6. Le besoin d’harmonie, de calme, de beauté
  7. Le besoin de célébrer (des fêtes, des deuils, des évènements importants)

II) Le grand ménage

  • Faites une liste ou un tas de tous vos biens matériels (objets de déco, bibelots, vaisselle, vêtements, chaussures, produits de maquillage, médicaments, produits ménagers, nourriture, gadgets etc.…..) et sélectionner ceux qui sont inutiles, qui vous semblent usités, laids, dont vous ne vous servez jamais ou très rarement ou qui sont devenus inutilisables ; apprenez à faire des choix d’après ce qui vous correspond, privilégiez ce qui est simple, fonctionnel, solide et stylé à la fois. Donnez, vendez ou jetez mais débarrasser vous de ces objets qui vous encombrent bien plus que vous ne pensez car la poussière ne se dépose pas que sur les meubles! Pour vous y aider, lancez vous des défis.
  • Faites aussi du « ménage » dans vos relations, vos rapports aux autres : certaines sont peut être stériles voire « toxiques » pour vous et ne vous apportent que des ennuis. Cette soit disant amie qui ne me voit que pour se plaindre ou critiquer les autres, ai je envie de ça? ce copain qui prétend m’aimer mais qui me malmène et me fait souffrir, ne vaut il pas mieux couper les ponts?
  • Faites du tri dans votre agenda : tous ces rendez-vous sont ils indispensables? en tout cas aussi rapprochés? que se passerait il si je reportais d’une semaine ou deux? ne pouvez vous faire une pause et vous consacrer un peu de temps? Un temps pour vous détendre, vous relaxer, vous promener, écouter de la musique…….
  • Profitez en pour revoir votre mode de vie global (diététique, sommeil, exercice…..) ; est ce que j’ai mon compte de sommeil pour attaquer une journée de travail? est ce que je mange sainement? est ce que je m’aère suffisamment? Est ce que je ne passe pas trop de temps devant la télévisions ou sur Internet?

III) La reconnexion au naturel, à soi

Vient le moment ou il faut mettre à profit toutes ces bonnes résolution et se donner un nouveau départ en adoptant les bons réflexes,

  • sur notre écologie intérieure d’abord (dormir suffisamment et à heure fixes, prendre du temps pour chaque repas, choisir des produits sains et naturels, faire un exercice régulier, aller au contact de la nature)
  • sur notre mental ensuite (chasser les pensées négatives, la colère, comprendre d’où nous viennent nos croyances limitantes, pratiquer la gratitude, sachez vous émerveiller au quotidien, cultivez le beau, ), car la simplicité repose que la reconnexion à ce qui est naturel et authentique.
  • Il est bon de profiter de cette période de remise en questions pour se ressourcer, se recentrer, se réconcilier avec notre « moi intérieur » et aussi avec son corps. C’est le moment ou il faut apprendre à apprécier le calme et le silence qui apaisent l’esprit. La méditation est vraiment une belle pratique pour cela mais si certains n’y sont pas familiers, une simple relaxation procure déjà des effets très bénéfiques, ou encore une grande marche en pleine nature (la marche est un excellent anti dépresseur).

Vous devriez déjà ressentir les effets positifs de ce grand ménage et vous sentir plus serein, plus en harmonie avec vous même. Vous commencez à comprendre que vous gagnez plus en vous détachant du besoin de posséder et d’accumuler et pouvez faire de la simplicité un mode de vie et de pensée.

V) Un état d’être

Vous comprenez désormais que le bonheur ne viendra pas de l’extérieur mais bien de vous, de la façon dont vous vous comportez avec vous-même et avec les autres.

  • Vous êtes libre de décider en conscience et non sous l’impulsion d’un effet de mode ou sous l’influence de la publicité, de l’entourage ou de l’extérieur.
  • Vous êtes capable de dire « NON » sans que ce soit un problème.
  • Vous ne vous souciez pas du regard des autres.
  • Vous privilégiez la qualité à la quantité (y compris dans les rapports avec les autres)
  • Vous savez ce qui vous correspond et savez vous faire plaisir lorsque vous en éprouvez le besoin et même si vous craquez pour la dernière petite robe à la mode ou sur ce délicieux gâteau à la crème vous n’allez pas culpabiliser parce qu’après tout, nous ne sommes pas des moines et n’avons pas choisi de vivre une vie spartiate, juste une vie simple, harmonieuse, dépolluée de tout ce qui nous est toxique et inutile.

Le bonheur de vivre dépend aussi de petites choses, de petits plaisirs, de petits actes de la vie quotidienne.

« Une personne libre est une personne qui peut refuser une invitation à diner sans donner la moindre excuse ». Jules Renard